(001) 418 265 9059 info@julieturcotte.com

Avant la trentaine, je courais constamment après quelque chose… plus d’argent, plus de temps, plus de matériel, plus plus plus… pour un jour plus tard prendre ma retraite et peut-être un peu profiter de la vie.

Après avoir eu un diagnostic de maladie chronique et avoir décidé de me guérir et de me créer une belle vie, j’ai réalisé que la vie c’est maintenant et qu’il faut profiter de chaque moment… et non pas programmer le temps de vivre à plus tard.

Je vous partage ici cette histoire de pêcheur qui m’a fait bien rire, et qui confirme la voie que je choisis: l’art de vivre… tout simplement.

……

« Un bateau était amarré dans un petit village de pêcheurs dans une île en Indonésie…

Un touriste félicite un pêcheur local pour la qualité de ses poissons et lui demande combien de temps il a fallu pour les attraper.

– Pas très longtemps, répondit-il.

– Pourquoi ne pêchez-vous pas plus longtemps pour en attraper plus?

Le pêcheur explique que ses captures sont suffisantes pour répondre à ses besoins et à ceux de sa famille.

– Mais que faites-vous du reste de votre temps?

– Je dors tard, je pêche un peu, je joue avec mes enfants et je fais une sieste avec ma femme. Le soir, je vais au village pour voir mes amis, nous prenons quelques bières, nous jouons de la guitare et chantons quelques chansons… Nous avons une vie bien remplie!

Le touriste proposa alors au pêcheur :

– J’ai un MBA de Harvard et je crois que je peux vous aider à améliorer votre vie! Vous devriez d’abord commencer par pêcher plus longtemps chaque jour. Ensuite, vous pourriez vendre le poisson supplémentaire que vous attrapez. Et avec les revenus supplémentaires, vous pourriez acheter un bateau plus grand.

– Et après ça? dit le pêcheur.

– Avec l’argent supplémentaire que le nouveau bateau vous apportera, vous pourrez en acheter un deuxième et un troisième et ainsi de suite jusqu’à ce que vous ayez toute une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre votre poisson à un intermédiaire, vous pourriez alors négocier directement avec les usines de traitement et peut-être même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez ensuite quitter ce petit village et déménager à Jakarta ou à Singapour!!! À partir de là, vous pourriez diriger votre nouvelle entreprise.

– Combien de temps cela prendrait-il? demanda le pêcheur.

– Oh, vingt ou peut-être vingt-cinq ans, répondit le touriste.

– Et après ça?

– Après? Eh bien mon ami, c’est là que ça devient vraiment intéressant, répondit le touriste en riant. Lorsque votre entreprise deviendra très prospère, vous pourrez commencer à acheter et à vendre des actions et vous gagnerez des millions!

– Des millions? Vraiment? Et après ça? demanda le pêcheur.

– Après cela, vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village près de la côte, dormir tard, jouer avec vos enfants, attraper quelques poissons, faire une sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et profiter de la vie avec vos amis.

– Avec tout le respect que je vous dois, monsieur… c’est exactement ce que je fais présentement. Alors, dites-moi quel intérêt pourrais-je avoir à perdre vingt-cinq ans de ma vie? demanda le pêcheur indonésien.

La morale de cette histoire est la suivante :

Assurez-vous de savoir où vous allez dans la vie. Vous êtes peut-être déjà exactement à la bonne place. La plupart du temps, plus d’argent ne vous apportera pas nécessairement plus de bonheur.

Vivez votre vie avant que la vie ne vous quitte!