(001) 418 265 9059 info@julieturcotte.com

Dernièrement, j’ai assisté à un cercle de partage animé par Stuart Myiow, que j’appelle affectueusement Le Dernier Mohican. Dans ce cercle de partage, j’ai vraiment été en contact avec des choses que j’avais oubliées depuis très longtemps…

Stuart est le fils de la dernière Mère de Clan de toute la nation Iroquoise (Haudenosaunee) et il est porte-parole de la Maison Longue et du Conseil Traditionnel Kanienkehaka (Mohawk) situé sur la réserve de Kahnawake près de Montréal.

Dans ce cercle de partage, nous avons abordé les sujets de la Grande Loi de la Paix, du Traité Wampum à deux voie, véhicule de la paix. Nous avons aussi abordé la notion de la matrilinéarité et du respect de l’ordre des choses en cohérence avec les lois de la nature et avec notre Terre-Mère.

Wow! Ce sont des choses d’une telle importance et je n’étais même pas consciente de tout ça!

Les enseignements de cet homme m’aident à me reconnecter à moi-même, à ma puissance de femme, et à ma vraie nature de donneuse de vie et de répandeuse d’amour sur terre. Cette nouvelle conscience m’aide à empuissancer non seulement les femmes autour de moi, mais aussi les hommes que je côtoie!

Stuart Myiow ouvre et ferme chaque cercle de partage en mentionnant les choses qui doivent être dites avant toutes choses. Bref, en faisant cela, il s’assure que les choses qui seront dites après tiennent compte de l’ordre de la création.

Pour pouvoir créer quelque chose qui est en accord avec les lois de la nature, nous devons d’abord nous rappeler d’où on vient (des mères), où on est (sur la terre-mère) et quand on est (malgré le calendrier grégorien, nous devons nous rappeler qu’il y a 13 lunes dans une année, et non 12 lunes).

Voici les choses qui sont dites avant toute choses…

« Je remercie la Femme-Ciel, Celle qui nous a donné notre Esprit.
Je remercie notre Grand-Mère Lune, Celle qui régule tous les fluides sur la planète, Celle qui nous a donné notre sang.
Je remercie notre Terre-Mère, Celle qui nous nourrit et nous a donné notre corps.
Je remercie toutes les Femmes de la terre, de la plus petite fille, à la plus aînée des Grand-Mères, car ce sont les donneuses de vie. Ce sont grâce à elles que la vie se perpétue sur la planète.
Je remercie également nos ancêtres, ceux qui ont le bon esprit, et je leur demande de nous assister dans ce cercle afin que nous soyons éclairés et que nous ne reproduisions pas les erreurs du passé.
Je remercie également toutes les médecines, qui incluent toutes les choses qui font du bien à notre corps, notre âme et notre esprit. »

Les enseignements auxquels je suis exposée dans ces cercles me font réaliser qu’il est grand temps que la femme reprenne son pouvoir de femme, le pouvoir de la mère, et sa juste place sur la terre-mère: la parole des Donneuses de vie doit être entendue!

Les donneuses de vie ont pour rôle d’enseigner à leurs petits garçons à être des Protecteurs de vie afin qu’il puissent commencer à exercer leur vrai rôle sur la planète: protéger la vie et le futur de la vie.

L’autorité des Donneuses de vie n’est pas une autorité exercée à travers un esprit de dominance masculine comme celle que l’on voit chez certaines femmes au pouvoir ou dans les mouvements féministes. L’autorité de la femme n’est pas une autorité qui divise, qui écrase ou qui crée de la compétition. C’est une autorité qui respecte l’ordre des choses, qui aime, qui chérit, qui nourrit, qui soigne, qui unit, qui crée des consensus… L’autorité féminine c’est l’autorité de la Mère, celle qui s’assure que tous les enfants de la nation soient bien.

Ces enseignements qui sont offerts généreusement par Stuart Myiow et la Maison Longue, sont selon moi l’une des clés, sinon LA clé vers le niveau de conscience qui nous permettraient de créer un monde plus en paix, plus en santé et de préserver l’espèce humaine sur terre.

Je crois sincèrement que les peuples autochtones détiennent les informations qui peuvent nous permettrent d’inverser le processus de destruction de la nature. Car on ne peut pas se le cacher: la terre est de plus en plus mal en point et les humains s’entretuent. Nous polluons notre eau, nos sols, notre nourriture, notre air, notre santé, notre relation à nous-mêmes et aux autres au nom d’un soi-disant «bonheur» matérialiste qui n’en n’est même pas un. Bref, nous sommes pris dans une spirale où nous nous auto-détruisons: métro-boulot-dodo-consommation-retraite etc.

Au début de la séance de partage, Stuart nous a posé deux questions très simple et a demandé aux gens de lever la main en signe de oui:

« Qui ici veut détruire notre Terre-Mère? » (Personne ne lève la main)
« Qui ici est en train de détruire notre Terre-Mère par ses gestes quotidiens?» (Tout le monde lève la main, y compris Stuart)

« Apparemment, nous ne sommes pas en contrôle de notre corps. Car une personne qui serait en contrôle de son corps ne ferait pas des choses contraire à sa propre volonté. Alors, si nous ne sommes pas en contrôle de notre corps, alors qui l’est?»

Et puis il a commencé à nous parler de l’archétype de l’homme blanc et de la dominance masculine… de la soi-disant démocratie, de la corruption, des corporations et des banques, qui détruisent tout au nom de la croissance économique. Il nous a expliqué comment nous sommes programmés par cette dominance masculine… aussi bien les femmes que les hommes. Tout ce que nous faisons est corrompu par la dominance masculine que nous avons laissé se hisser au pouvoir.

Nous sommes en train de nous suicider collectivement… et le pire, c’est que nous le savons tous au fond de nous. Nous savons que nous laissons un avenir douteux à nos enfants. Et que si nous ne nous en occupons pas, c’est parce que nous sommes tous en train d’essayer de survivre, trop occupés à sauver notre peau chaque jour… chacun pour soi… dans l’illusion de la peur, peu importe le montant dans notre compte en banque. Et aussi, nous ne savons pas quoi faire pour corriger ce qui est en train d’être fait.

Mère Nature ne laissera pas ses enfants la détruire sans rien faire. Si ce n’est pas la maladie ou un virus qui va nous anéantir, ce sera la guerre, la famine, ou les cataclysmes… Aucune nouvelle technologie que l’homme inventera pour contrôler ou régler les problèmes ne fonctionnera… puisqu’il est impossible de trouver une solution à un problème, à partir du même niveau de conscience qui a créé le problème.

Il y aurait tant à dire sur le sujet… Mais s’il y a une chose à retenir, c’est que nous ne sommes pas en contrôle de notre vie et de nos gestes quotidiens. C’est ce qui m’a le plus marqué.

Pour corriger les choses, nous devons changer de niveau de conscience, et agir en cohérence avec l’ordre des choses. Nous devons nous rappeler d’où nous devons et ce qui nous garde en vie.

Comment? En nous reconnectant avec la nature, en étant en présence de ces enseignements. En commençant à coopérer avec les femmes au lieu d’être en compétition avec elles. En nous regroupant entre femmes autour de discussions sur ces sujets. En assumant notre puissance de femme, de mère. En corrigeant ce qui peut être corrigé.

Lorsque nous sommes en présence de la vérité, cela nous donne des idées de solutions et d’actions… Je conseille donc à tous d’écouter les enseignements de la Maison Longue avec Stuart Myiow. Ils peuvent vous mener au niveau de conscience qui va vous déprogrammer de la survie, et qui va vous permettre d’agir avec intégrité pour votre bien-être, mais aussi le bien-être de tous, de la vie sur terre!

Skennen Koha!
Grande paix!

 

>>> Il y a une rencontre Zoom de la Maison Longue en vidéoconférence chaque mercredi 19h00 au Québec (1h00 am jeudi matin heure de Paris) dans laquelle vous pouvez participer et poser vos questions. Vous pouvez également suivre la Maison Longue sur le facebook live que vous pouvez également réécouter en rediffusion.

>>> Zoom:  https://zoom.us/j/4403647610
>>> Facebook Live: https://www.facebook.com/longhouse.stuartmyiow