(001) 418-265-9059 info@julieturcotte.com

tumblr_static_akavohacy9s048ssck8okoc8wLes gens en général ne savent pas vraiment ce qu’est l’amour. Ils ne savent pas non plus ce que c’est que de s’aimer soi-même. Alors c’est bien difficile pour eux d’aimer les autres adéquatement. Il serait préférable d’apprendre aux enfants à s’aimer bien avant qu’ils apprennent à lire et à compter. Notre monde s’en porterait beaucoup mieux.

En fait, la plupart des gens ont appris à s’aimer et à aimer les autres avec peur. Oui, c’est de l’amour! Mais c’est un genre d’amour qui nous fait souffrir.

Voici la définition de l’amour que je préfère. C’est celle qu’enseigne Lise Bourbeau, fondatrice de l’École Écoute ton Corps:

Aimer véritablement (amour libérateur, inconditionnel)
… c’est respecter mon espace et celui de l’autre.
… c’est me donner le droit, ainsi qu’aux autres, d’être humain, c’est-à-dire d’avoir des besoins, croyances, blessures, limites, désirs, peurs, forces et faiblesses différents des autres, sans jugement, sans culpabilité.
… c’est diriger et guider sans attentes.
… c’est donner pour le plaisir de donner, sans attentes.
… c’est accepter, constater, même si je ne suis pas d’accord ou même si je ne comprends pas mentalement.

Aimer avec peur (amour emprisonnant, conditionnel)
… c’est empiéter dans l’espace des autres ou laisser les autres empiéter dans le mien.
… c’est me critiquer ou critiquer les autres.
… c’est vouloir me contrôler ou contrôler les autres.
… c’est avoir des attentes, sans entente préalable.
… c’est décider pour soi ou pour les autres sans vérifier le besoin véritable.
… c’est donner en espérant recevoir.
… c’est me croire responsable du bonheur des autres et croire les autres responsables du mien.

Je m’aime comme j’aime les autres —– Les autres m’aiment comme je m’aime
Nous apprenons à donner (et à nous donner) de l’amour en observant le comportement de notre parent du même sexe que nous. Et nous à recevoir de l’amour en observant le comportement de notre parent du sexe opposé.

Si nous avons eu des manques de ce côté étant enfant… (probablement parce que nos parents avaient eux aussi les mêmes manques), et que nous ne prenons pas conscience que nous avons manqué, alors nous passerons notre vie à chercher ce qui nous manque à l’extérieur (dans l’autre, un(e) conjoint(e), un(e) amie).

La vraie solution pour combler ces manques et pour devenir de vrais adultes matures (et non des enfants ou des adolescents en manque affectif dans des corps d’adultes), c’est de développer ses propres parents intérieurs, d’apprendre à (se) donner et à recevoir l’amour et l’affection dont nous avons manqué… ET SEULEMENT ENSUITE nous pourrons le faire sainement avec les autres…

Rien ne nous empêche entretemps dans notre processus, de nous entourer de personnes qu’on aime (conjoint, amis, enfants) et qui sont de bons modèles d’amour pour nous, afin que nous puissions apprendre avec eux, comment nous donner à nous-mêmes et comment donner aux autres par la suite. Les enfants, aussi bien que les adultes peuvent être de bons modèles pour vous. Il n’y a qu’à les observer.  D’ailleurs, plusieurs personnes se guérissent réellement de manques affectifs en donnant à leurs enfants ce qu’ils n’ont pas pu recevoir de leurs parents… mais attention, cela doit être fait par amour, plutôt qu’en réaction à un parent.

Puisque vous êtes unique, il vous faudra probablement plusieurs modèles différents au cours de notre vie, alors n’hésitez pas à vous entourer des bonnes personnes pour aller chercher ce dont vous avez besoin, pour développer de bons parents intérieurs pour vous-même et pour grandir.

Si le courant passe entre deux personnes: c’est parce que les deux ont des choses à apprendre sur l’amour!
Références:
Définition de l’amour: Atelier Être Bien, Lise Bourbeau, fondatrice de l’école Écoute Ton Corps    www.ecoutetoncorps.com